Censure sur Twitter : la France devance la Russie

Claude Chollet (Ojim) sur Boulevard Voltaire

Un entretien avec Claude Chollet, président de l’Ojim, a été publié ce jour sur Boulevard Voltaire, le site fondé par Robert Ménard et Dominique Jamet.


Après avoir étudié les sciences politiques et travaillé pendant trente ans dans l’industrie pharmaceutique, Claude Chollet a créé en 2012 l’Observatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM) dont il est actuellement le président. Retour sur un succès.

Pourquoi avoir créé l’OJIM ?

Les médias influencent le pouvoir parlementaire, sanctionnent les actions de l’exécutif, peuvent juger les juges au travers de leurs articles. Burke parlait de « quatrième pouvoir », c’est aujourd’hui le premier et, comme la langue d’Ésope, il peut charrier le meilleur comme le pire ! L’appauvrissement des moyens, la montée de la précarisation, un certain conformisme idéologique favorisent un « journalisme de copie » où on réécrit la dépêche AFP, parfois biaisée, sans la vérifier. L’analyse et la critique sont donc une nécessité démocratique.

Mais comment mieux comprendre les médias sans avoir accès à l’envers du décor ?

Qui finance ? Qui dirige ? Nous essayons d’y répondre par nos infographies sur les grands groupes ou les médias influents. C’est également le sujet de nos dossiers sur le traitement médiatique de certaines affaires (Merah, Méric…), sur le « point Godwin » ou le décorticage de certaines émissions comme « Plus belle la vie ». Mais les médias ne sont pas réalisés par des robots, ce sont les journalistes qui les font vivre. Mieux connaître leur parcours, leur formation, leurs ouvrages… permet de situer plus exactement leur mode d’influence. C’est une des originalités de l’OJIM : il y a déjà plus de cent portraits des principaux acteurs médiatiques parfaitement « sourcés ». C’est une base de données gratuite ouverte aux spécialistes comme aux simples lecteurs.

Encouragez-vous au « signalement » ?

Je n’aime pas du tout ce terme qui a un côté policier. Nos lecteurs envoient par mél les dysfonctionnements qu’ils ont pu relever. C’est, par exemple, un lecteur russophone qui nous a signalé l’erreur (volontaire ?) de traduction par TF1 lors de l’entretien avec Poutine. Dire que l’on ne doit pas « débattre avec les femmes » n’est pas la même chose que « se chamailler avec les femmes »… qui est par ailleurs un proverbe russe ! Un petit exemple de désinformation, repris ensuite en chœur par la majorité des médias !

Les journalistes sont-ils vraiment « tous les mêmes » ?

Bien sûr que non, mais il y a des habitudes liées à la corporation. Bourdieu parlait de « l’habitus » des corps sociaux qui tendent à se reproduire à l’identique. L’habitus journalistique est libéral de gauche à 70 ou 80 %, d’extrême gauche à 10 % et un petit 10 % de droite qui a intérêt à ne pas trop manifester ses opinions pour ne pas être ostracisé. C’est vrai en radio, à l’écrit ou en télé, mais c’est pire encore dans la presse quotidienne régionale ou dans les écoles de journalisme. Ce relatif conformisme idéologique est une des causes (mais non la seule) de la crise des médias. Le public a l’impression d’entendre la même ritournelle et va chercher le pluralisme sur Internet.

Quelles réactions de la profession sur ce site ?

Une très petite minorité a montré de l’indignation, se demandant comment nous osions, sans comprendre que le journaliste est devenu un personnage public, notamment à cause des réseaux sociaux. Mais notre compte Twitter est, par exemple, essentiellement suivi par des journalistes ou des étudiants en journalisme. Ils ne sont pas nécessairement d’accord avec tout ce que nous écrivons mais considèrent que nous sommes une source d’information utile. Les 17 collaborateurs du site sont, d’ailleurs, majoritairement journalistes et étudiants en journalisme. Mais le plus important reste la réaction du public : le site reçoit régulièrement plus de 100.000 visiteurs uniques par mois, et notre page Facebook compte déjà 60.000 « amis » ! Il y a donc une véritable attente du grand public pour mieux connaître les médias : c’est un encouragement pour l’OJIM et pour les médias eux-mêmes. Une analyse critique ne dévalorise pas les médias, elle les aiguillonne et participe ainsi à une vie citoyenne active !

Source : bvoltaire.fr

Flash : Laurent Nunez va diriger la Culture à Marianne
Têtu indigné, Mister Gay vote FN
Nouvelle infographie de l’Ojim : Marianne

Une nouvelle infographie de l’Ojim est disponible au téléchargement, consacrée au newsmagazine Marianne : son histoire, ses dirigeants et actionnaires, ses principaux journalistes. Cliquez ci-dessous pour lancer le téléchargement.

Nouvelle infographie de l'Ojim : Marianne

Infographie : Pierre Bergé, l’homme de l’art, de la gauche et des médias

Une nouvelle infographie de l’Ojim est disponible au téléchargement, consacrée à Pierre Bergé, « l’homme de l’art, de la gauche et des médias ». Cliquez sur l’image ci-dessous pour lancer le téléchargement. Toutes les infographies de l’Ojim : cliquez ici.

Infographie : Pierre Bergé, l'homme de l'art, de la gauche et des médias

Cent portraits par l’Ojim

De A à Z, de Jean-François Achilli à Éric Zemmour en passant par Alexandre Adler, Aymeric Caron, Ménard et Taddéi, sans oublier Caroline Fourest ou Philippe Cohen, c’est plus de cent portraits de journalistes que vous propose l’Ojim.

Des portraits sans complaisance mais sans esprit bilieux, puisés aux meilleures sources et actualisés. Parce que le journalisme n’est pas un pur esprit, parce qu’il est incarné dans ceux qui font la presse, souvent pour le pire mais parfois pour le meilleur. Le quatrième pouvoir, celui de la presse, mérite d’être décrypté, analysé. Une des clés pour mieux le cerner réside dans la compréhension du monde journalistique, leurs origines politiques ou idéologiques, leur formation, leurs réseaux et leurs amitiés.

Nous poursuivrons cette galerie tout au long de l’année 2014, n’hésitez pas à nous faire part de vos remarques sur Facebook ou sur le site.

Claude Chollet
Président de l’Ojim
twitter.com/ClaudeChollet

L’Ojim fête son 100ème portrait

Depuis bientôt deux ans, l’Observatoire des Journalistes et de l’Information médiatique, fondé par Claude Chollet, vous informe sur ceux qui vous informent.

Ce travail passe notamment par la publication régulière de portraits de journalistes dans lesquels nous vous livrons, en toute objectivité, des éléments permettant de les situer dans le paysage médiatique et politique actuel : d’où viennent-ils ? Quelles études ont-ils faites ? Quel est leur parcours ? Quel est leur réseau ? Quelles sont leurs idées politiques ? L’Ojim publie aujourd’hui son 100ème portrait, consacré à Bruno Roger-Petit, en attendant la suite… Le succès que rencontrent ces portraits nous incite en effet à continuer notre travail de décryptage afin de donner au public les clés du fonctionnement des médias, ainsi que des hommes et femmes qui les constituent.

Crédit photo : capture d’écran vidéo Le Post via Dailymotion (DR)

L’Ojim et Claude Chollet cités par Arrêt sur images

Revue de presse - Le site Arrêt sur Images a consacré un article à Robert Ménard et à Marianne. L’Ojim y est cité à propos de l’enquête que nous avons publiée sur ce sujet. Extrait.

(…) le site OJIM, lancé par Claude Chollet (ancien du Grece : groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne, proche de la Nouvelle Droite) publie un papier, le 5 décembre, selon lequel Marianne a manipulé ses lecteurs et surtout mal retranscrit les propos du chercheur. L’OJIM accuse Marianne de manipulation. Sur quelles bases ? D’abord, sur la base d’un courrier de Vivien Hoch à Robert Ménard que l’OJIM dit avoir consulté, et selon lequel Hoch n’incluait absolument pas Ménard. Hoch affirme même avoir dit et écrit à la journaliste de Marianne que l’intéressé tentait de “s’exprimer sincèrement, sans stratégie invisible, et en cela mérite un écho dans le débat public”. Ensuite, l’OJIM se base sur un courrier de l’ex-directeur de Marianne Maurice Szafran à Ménard. “Robert, Sur le fond, tu as raison. Mais tu sais fort bien que la journaliste ne présentera pas ses excuses. C’est étranger à la tradition de la presse française. Il vaut donc mieux que tu agisses comme tu l’entends. Confraternellement. Maurice Szafran”, aurait écrit l’ex-PDG de Marianne. Jugement le 16 janvier.

Pour lire l’article intégral, cliquez ici

(…) selon Claude Chollet, directeur de l’Obervatoire des journalistes et de l’information médiatique (OJIM), Lisa Vignoli n’en est pas à son coup d’essai : « En 2011, pour Marianne, elle a déjà bidonné un article mettant gravement en cause Jean-Michel Apathie, lui faisant émettre un jugement qu’il se refusait à donner sur les primaires socialistes. Et cela, à seule fin de l’inscrire dans la liste des “gros cons de journalistes qui se plantent tout le temps dans leur pronostic”. Apathie avait ensuite appelé ses confrères à refuser de parler à cet hebdomadaire. Elle officie désormais au Monde. »